Herpès

  • Mirko Beljanski

    logo-glioblastome

    Aidez la Fondation Beljanski et le CIRIS à poursuivre les recherches sur l’efficacité de l’extrait naturel et non toxique de Pao pereira sur le cancer du cerveau (glioblastome).

  • Le 28 octobre 2015, l’Organisation Mondiale de la Santé a annoncé que les deux tiers de la population mondiale sont infectés par le virus de l’herpès (1). Cela représente 3,7 milliards de personnes de moins de 50 ans atteintes de ce virus considéré comme incurable.

    Techniquement, il existe 2 types de virus de l’herpès : le HSV-1 se caractérisant par l’éruption de boutons de fièvre et le HSV-2 provoquant fréquemment des ulcères génitaux. Dans le « Public Library of Science Journal PLoS ONE », l’OMS rapporte toutefois que le virus de l’herpès simplex de type 1 ( HSV- 1) peut également causer des plaies sur les parties génitales – les rapports sexuels bucco-génitaux étant devenus la première cause de transmission. Les deux types de virus peuvent être traités avec les mêmes médicaments antiviraux mais ces médicaments permettent seulement de contrôler le virus – ils ne peuvent pas guérir vous en débarasser (1).

    Dans les années 1980, les recherches du Professeur Mirko Beljanski ont montré l’action antivirale de l’extrait de Pao pereira, provenant de l’écorce d’un arbre qui pousse dans la forêt amazonienne. M. Beljanski a montré que l’extrait inhibe la réplication de nombreux rétrovirus infectant plantes (TMV), oiseaux (AEV) et chats (FIV). Les résultats l’ont conduit à des travaux sur le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), présentés dès 1990.(2) En 1994, les résultats d’un essai clinique, réalisé sur 12 mois sur des personnes atteintes du sida et traitées par voie orale avec du Pao pereira, furent été publiés. Ils confirment la parfaite tolérance de l’extrait, l’amélioration des sous-populations lymphocytaires (rapport T4/T8) et divers autres paramètres. Durant cette période, les malades n’avaient développé aucune maladie opportuniste, ce qui n’était pas le cas avec d’autres thérapies.(3)

    Le livre « Enquête sur un survivant illégal » (édition G. Trédaniel, Paris) – disponible sur Amazon.fr (4) relate la contamination de Gérard Weidlich, maître nageur-sauveteur par un noyé, lors d’un bouche à bouche de réanimation. Les analyses révèlérent que ce noyé était porteur du Sida et d’Herpès. Gérard fut très rapidement contaminé par ces deux virus, et développa rapidement des maladies opportunistes. Le livre raconte comment, traité par l’extrait Beljanski de Pao pereira, l’herpès disparut très vite et la charge virale en VIH tomba pour ne plus remonter par la suite.

    D’après plusieurs témoignages reçus, il semble que le plus efficace soit de prendre une dizaine de gélules de Pao pereira par jour, dès l’apparition des lésions d’herpès, qu’il s’agisse d’herpès génital ou orolabial. L’amélioration est sensible en quelques jours, mais il est recommandé de faire régulièrement deux mois de traitement, tous les trois ou quatre mois, pour voir les crises s’espacer.

    Pour visionner le témoignage de Gérard Weidlich. cliquez-ici


    REFERENCES
    (1) http://www.francetvinfo.fr/sante/vous-avez-probablement-l-herpes-selon-l-oms_1149881.html

    (2) M. Beljanski. La Prevention. Les Entretiens Internationaux de Monaco. Editions du Rocher, 1990.

    (3)Tolerance and Feasibility of a 12-Month Therapy Using the Antiretroviral Agent PB100 in AIDS-Related Complex Patients.” D.Donadio et al. Dtsch.Zschr.Onkol. 26, 6 (1994).

    (4) http://www.amazon.fr/Enqu%C3%AAte-survivant-ill%C3%A9gal-Laffaire-Weidlich/dp/2844453864