L’usage traditionnel du Ginkgo Biloba

  • Les extraits

    Peinture chinoise représentant un Ginkgo biloba, entre 770 et 446 av. JC

    Peinture chinoise représentant un Ginkgo biloba, entre 770 et 446 av. JC

  • L’un des aspects fascinants du Ginkgo biloba est qu’il semble résister à toutes les agressions extérieures : maladies, parasites, champignons, insectes, pollutions, intempéries.

    On utilise sa feuille séchée dans les pharmacopées occidentales, et son fruit en Chine, où il est appelé ying xing. Le Ginkgo biloba est cité parmi les dix substances thérapeutiques majeures dans le plus ancien traité de médecine chinoise connu, écrit sous le règne de l’empereur Chen Nong, 2700 ans avant JC.

    Cet arbre ancien possède de très nombreux composants : flavonoïdes (rutoside, quercétol, kaempférol, isorhamnétol, épicatéchol), ginkgétol, isoginkgétol, flavonols, sesquiterpènes, hydrocarbures, acides aminés, procyanidines.

    Les composants de cet arbre sont soumis, depuis quelques années, à une recherche scientifique intense, car ils présentent de nombreuses propriétés et effets thérapeutiques, principalement sur les systèmes cardio-vasculaires et neurologiques.

    Ses principales utilisations tiennent aux troubles de la circulation : insuffisance veineuse des membres inférieurs, œdèmes, troubles de la circulation artérielle cérébrale, artérite, vertiges, maux de tête, bourdonnements d’oreilles, troubles du comportement.

    Il est également utile en cas d’anxiété, de dépression nerveuse, de vision diminuée, de claudication intermittente, d’artériosclérose, et de troubles liés au diabète.

    Il aide à prévenir le vieillissement général de l’organisme, ralentit la dégénérescence des cellules, tissus et organes, redonne des forces, de l’énergie et du tonus.

    Cet arbre qui fait beaucoup parler de lui est, ces dernières années, l’un des compléments alimentaires les plus vendus, et ce, non sans raisons, au vu de ses propriétés nombreuses et de sa longue histoire dans la pharmacopée chinoise.

    En 1990, le biochimiste américain Elias Corey, de l’Université de Harvard, reçut un prix Nobel pour ses travaux sur les composants spécifiques du Ginkgo biloba. Il a mis en évidence les propriétés thérapeutiques originales des ginkgolides pour la prévention du vieillissement cérébral.

    En Savoir Plus :

    * De nombreux extraits de feuilles vertes du Ginkgo Biloba sont disponibles dans le commerce. Mirko BELJANSKI, lui, a choisi d’extraire la feuille dorée du Ginkgo biloba.

    Découvrez les extraits spécifiques de Ginkgo Biloba